Le confinement subi par plusieurs milliards de personnes dans le monde aura certainement des répercussions humaines, sociales et économiques terribles.
Cependant, des opportunités s’ouvrent dans certains domaines, notamment celui du vélo au quotidien, pour un « après » encourageant.

En effet, les mesures de confinement ont entraîné un effondrement du trafic individuel motorisé, libérant par conséquent de l’espace public. Les cyclistes peuvent donc circuler dans de nouvelles conditions, très favorables. Le vélo, moyen de transport souple et peu coûteux, permet de circuler en respectant les règles de distanciation sociale. L’espace libéré offre des possibilités d’aménagements cyclables temporaires faciles à mettre en œuvre, comme le montre les aménagements récents réalisés dans plusieurs villes et capitales mondiales.

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-de-bogota-a-new-york-via-berlin-l-essor-des-pistes-cyclables_3872169.html

La France fait hélas un peu figure d’exception.

D’une part, dans le cadre des mesures de confinement, elle n’autorise pas l’utilisation du vélo à des fins d’exercice physique. (L’Allemagne l’encourage au contraire). L’usage du vélo est vraiment limité à des cas précis, par exemple pour se rendre au travail ou aller faire ses courses. La France reste avec l’Espagne l’un des pays les plus stricts dans la limitation de la bicyclette.

https://www.lequipe.fr/Velo-mag/Tendance/Actualites/Coronavirus-le-velo-proscrit-en-france-mais-booste-ailleurs-dans-le-monde/1121149

D’autre part, les aménagements provisoires cyclables sont encore très timides, limités à quelques villes comme Paris, Montpellier et Grenoble qui ont commencé à les tester.

L’AVANT

Force est de constater que, jusqu’à présent, la France accuse un certain retard dans le développement des déplacements doux, comparativement à d’autres pays européens.

Historiquement, la bicyclette, « Petite Reine » des périodes pré- et post- seconde guerre mondiale, fut pourtant très pratiquée chez nous.

Son usage est tombé en désuétude au fil des récentes décennies, pour les raisons que l’on connait : élévation du niveau de vie, voitures à des prix de plus en plus accessibles, politiques « tout voiture » …

La place dédiée aux circulations douces (piétons et vélos étant logés à la même enseigne) s’est considérablement réduite dans les villes, sur des infrastructures mal sécurisées et mal adaptées.

Si certaines villes s’en sortent beaucoup mieux que d’autres grâce à une politique volontariste en faveur du vélo (voir les résultats du baromètre des villes cyclables de 2019 https://www.parlons-velo.fr/), la plupart doivent encore pédaler dans le bon sens, notamment sur notre territoire !

L’APRÈS ?

Les choses bougent cependant, crise oblige, et le gouvernement a saisi l’importance du sujet dans la gestion de la période annoncée de déconfinement :

L’écologiste Pierre Serne, conseiller régional d’Ile-de-France et président du Club des villes et territoires cyclables, a été missionné auprès de la ministre des transports pour travailler sur les déplacements à vélo après le confinement.

Il s’agit en effet d’anticiper cette étape, pour préparer l’espace public à un report modal important sur le vélo.

On accompagnerait alors ce nouvel afflux de cyclistes par des mesures « d’urbanisme tactique » avec des pistes cyclables temporaires, des extensions de trottoir, etc.

https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-6h20/l-invite-de-6h20-15-avril-2020

https://blogs.alternatives-economiques.fr/chassignet/2020/04/13/ideespourapres-oser-l-urbanisme-tactique-pour-adapter-nos-villes-au-contexte-post-covid19

Les aménagements présentés plus haut, réalisés dans l’urgence pour répondre à la situation, sont provisoires.

Mais pourquoi ne pas en profiter pour réfléchir à leur pérennisation, afin d’accompagner la pratique du vélo au quotidien, en plein essor ?!

L’APRÈS À St-Quentin en Yvelines ?

Notre agglomération a prévu de prendre en compte les déplacements cyclistes dans ses projets (schéma des pistes cyclables / plan local de déplacements / plan climat air énergie territorial…), avec entre autres le souhait de doubler la part modale du vélo en 4 ans (de 2 à 4 %, ce qui est modeste et réalisable). A Guyancourt, la majorité actuelle fait également la promotion des circulations douces, dans une ville « durable ».

C’est la mise en œuvre de ces projets, avec une politique volontariste, qu’attendent maintenant les habitants et usagers.

Il est évident que les problèmes à traiter seront très nombreux après la crise que nous traversons, et qu’il faudra les prioriser.

Et le risque est grand de voir la circulation automobile individuelle exploser après le confinement, par crainte d’utiliser les transports en commun. Ce qui est non seulement injuste pour les personnes n’ayant pas de voiture, mais aussi un signal très négatif pour les nécessaires changements face à l’urgence climatique.

N’est-ce pas l’occasion, justement, d’accompagner le développement des circulations cyclistes, ce mode de déplacement doux, bon pour la santé, l’environnement et le porte-monnaie ?

Les leviers existent avec les récents plans vélo (national et régional) pour mener une politique locale proactive, associant usagers et associations promouvant des projets pertinents comme le RER V (https://rerv.fr ).

C’est le moment de réfléchir à « l’après », qui sera celui que nous ferons !

Ainsi que le propose le Club des Villes et Territoires Cyclables (dont St Quentin et Guyancourt font partie), des aménagements peuvent être faits rapidement.

Ce Club vient d’envoyer un questionnaire à tous ses adhérents, afin de recenser les initiatives locales.

Localement, l’association MDB-Vélosqy (antenne de l’association francilienne Mieux se Déplacer à Bicyclette) prépare pour chaque commune de SQY des propositions concrètes, de terrain, pour rendre visibles et sécuriser des couloirs cyclables sur les axes inter-quartiers et inter-communes.

Des aménagements rapides et peu coûteux, pour anticiper « l’après » des transports !

Categories: Actualités

0 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.